Présence VIII

Daniel DESPOTHUIS – Présence VIII – 2011 – Ensemble de 9 éléments comprenant : Une sculpture / Installation de 80x85x120 cm, sept toiles 50×70 cm, une toile 116×89 cm. Technique mixte.

Présence 8

Galerie

Des lambeaux de tissus sur un plateau ; Lambeaux de nous-même, morceaux de l’éclatement psychologique de la plupart de nos contemporains. Des fils de fer déployés, méandres de l’esprit, chemin de la recherche de soi. Des gants, affirmation d’états d’esprit ou de sentiments, tendus, couchés, à plat, multitude de nous-même dans ce que cela a de meilleur ou de pire. Au milieu de tout cela une forme rouge, érigée comme un signe d’existence. Faite de bois flotté, donc fragile, ayant subi maintes épreuves et souffrances ; Rouge pour dire sa détermination, sa volonté, sa résistance. Lumière vive, incandescente, clairière au milieu d’une forêt de sentiments contradictoires. Un gond rouillé émerge des lambeaux de tissus. Charnière du destin qui fait qu’à un moment tout bascule et nous oblige à considérer la vie autrement, départ d’une évolution et d’une orientation nouvelle.

En résonance à cela un ensemble de sept tableaux qui reprennent et répondent aux gants de la sculpture. Projection des sentiments pour amplifier l’impact visuel, la sensation de trouble. Ceux- ci ne sont évidemment qu’une faible partie de ce qui pourrait être, l’espace psychique dans ses manifestations étant immense ; Malgré cela, toujours présentes, les formes rouges, lumières d’espoir et de détermination.

Un autre tableau, plus grand, pour sublimer le parcours, la recherche, l’aboutissement. Au milieu une forme noire, ouverte comme une conscience nouvelle avec en son cœur un tissu blanc, unique reconstitution des lambeaux primitifs, symbole de l’achèvement du processus d’individuation. Le tissu n’est pas lisse, il est imparfait, car le travail n’est pour autant jamais terminé et chaque jour, chaque épreuve demande à chacun de s’ouvrir au monde afin de trouver la paix.